logo formation continue

Les inscriptions pour l’année 2021-2022 sont ouvertes

LA PAGE EST EN COURS D’ACTUALISATION – LA FORMATION CHANGE

PRÉSENTATION DÉFINITIVE DIMANCHE 11 AVRIL 2021

Pour s’inscrire, téléchargez le formulaire en cliquant ici

Vous pourrez l’envoyer à formations@fondationpourlecole.org

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Le métier d’éducateur est noble et difficile : il vaut qu’on s’y engage pleinement, qu’on s’y prépare avec exigence et professionnalisme.

Créée à l’initiative de la Fondation pour l’école/ILFM  et du Patronage du Bon Conseil, la formation des éducateurs a pour but de préparer en 1 an les nouveaux éducateurs à leurs responsabilités et de permettre aux éducateurs en poste de se perfectionner.

Ouverte à tous, la formation se fonde sur une vision chrétienne de la personne. Elle est sanctionnée par la délivrance d’un diplôme privé d’éducateur ou de cadre éducatif [1] en milieu scolaire et non scolaire (cf. « Quel cursus choisir ? »).

[1] – Ce diplôme d’un niveau supérieur par rapport au diplôme privé d’éducateur, est particulièrement adapté aux personnes souhaitant avoir ou ayant des responsabilités de direction d’établissement (en gestion d’équipe, de budget, de moyens …) dans des établissements scolaires hors contrat.

LES ÉTUDIANTS TÉMOIGNENT

Episode 1 Educateurs, pourquoi pas vous ?

Episode 2 Educateurs, une véritable formation

Episode 3 Educateurs, une formation unique

Episode 4 Educateurs, une formation d’excellence

L’ESPRIT DE LA FORMATION

Eduquer est une vocation, une mission, pas un emploi alimentaire. Même si nombre d’éducateurs entrent dans la carrière par hasard, ils y persistent s’ils ont le goût d’allumer un feu, d’éveiller les jeunes à ce qu’ils portent de plus haut en eux. S’ils ne font que « surveiller et punir » sans souci de la croissance humaine des jeunes, alors c’est qu’ils ne sont pas à leur place. Avoir une mission, une vocation ne signifie pas rêver à un idéal irénique, être mû par un «enthousiasme bisounours» déconnecté de la connaissance lucide des personnes à éduquer. Croire en l’homme, à son potentiel créatif, ce n’est pas pour autant souscrire à une vision béate rousseauiste d’une jeunesse qui aurait toujours raison et ferait toujours spontanément le bien. C’est savoir que la croissance d’une personnalité est semée d’épreuves, d’embûches, d’occasion de se tromper, de faire les mauvais choix. C’est aussi savoir que l’homme peut se relever. L’éducateur doit aussi bien saisir la spécificité de chaque contexte éducatif pour bien trouver sa juste place et comprendre le rôle respectif des différents acteurs éducatifs et comment coopérer au mieux avec eux. Il faut là encore faire preuve de réalisme et donc de sens du compromis.

Nul besoin de réinventer le fil à couper le beurre. Les grands éducateurs et les grandes traditions éducatives anciennes ou modernes, françaises ou étrangères, ne manquent pas. Mais elles sont souvent en partie méconnues, déformées et sclérosées avec le temps. Il faut prendre le temps de retrouver leur substantifique moelle et identifier ce qu’elles ont d’actuel. Il faut que l’éducateur en prenne conscience et en maîtrise le panorama d’ensemble et prenne le temps d’approfondir celles qu’il croit lui convenir le plus. Eduquer, c’est aussi chercher ; cultiver cette mentalité de chercheur à perpétuité est précieux. Eduquer est un artisanat. Le geste de l’artisan peut être perfectionné toute une vie durant. Cette conscience conduit à un état d’esprit d’humilité, qui est indispensable pour mener une action éducative saine.

Un éducateur enseigne par ce qu’il est, ce qu’il montre de lui. Il faut donc qu’il soit lui-même construit solidement, accompli, qu’il ait conscience de ce qui fait son unité, de ce qui fonde son existence. C’est pourquoi le perfectionnement de l’éduqué et le perfectionnement de l’éducateur vont de pair ! Si ce dernier ne s’abreuve pas régulièrement lui-même à des sources vives de foi, de beauté et de culture, il se dessèche et échoue fatalement dans sa mission. L’éducateur ne doit pas se contenter de la conscience de ce qu’il est, il doit le vivre personnellement, l’incarner, et le donner à voir aux jeunes qu’il éduque (il est un témoin, qu’il le veuille ou non) : c’est la terrible exigence d’exemplarité. Pour se préparer à ses responsabilités d’éducateur, il ne répugnera donc pas à se consacrer prioritairement au perfectionnement de lui-même, à son propre développement personnel, même si c’est bien sûr l’œuvre d’une vie. Alors que les jeunes à éduquer sont insérés dans un monde instable, peu sécurisant, en mutation accélérée, relativiste et matérialiste, l’éducateur doit les aider à trouver la vérité de leur être, à s’unifier, à prendre du recul et devenir acteur de leur vie, à poser des décisions libres. Il ne doit se garder de leur infliger le poids de ses propres interrogations, difficultés et failles.

Parce que la jeunesse est avide de liberté, d’autonomie (se donner à soi sa propre norme), et parce que notre temps est amateur de déconstruction, d’individualisme et de refus des héritages, l’éducateur devra particulièrement penser son action pour aider le jeune à s’enraciner, préalable nécessaire pour porter du fruit. On reçoit ce que l’on est puis l’on travaille ce dépôt à la marge mais l’on ne se construit certainement pas ex nihilo en choisissant des éléments d’identité ou de vie sur un étal. A la conception d’une liberté conçue comme une extirpation des toutes les attaches, de tout ce que la vie vous a donné sans vous demander d’autorisation préalable, on préfèrera une liberté comprise comme actualisation et sublimation de ce qu’on a reçu, portant attention au caractère vivant, et fécondant de ce dépôt qui est du côté de l’être et non de l’avoir. Héritiers du christianisme, nous devons par exemple nous rendre particulièrement attentifs au pouvoir performatif de la parole (la parole=acte), aimer la langue française et s’en nourrir. Dieu parle aux hommes pour qu’ils aient la vie (et qu’ils l’aient en abondance). Or que fait l’éducateur finalement ? La même chose : il parle aux enfants pour qu’ils aient la vie physique, sociale ; spirituelle, intellectuelle. Il exerce un « ministère de la parole », et c’est une dimension fondamentale de sa fonction. C’est d’ailleurs pour cela qu’il lui faut soigner l’usage qu’il fait de la langue française.

Les éducateurs pensent spontanément aux jeux, au sport pour éduquer. Mais ils se tiennent le plus souvent trop éloignés de la beauté, comme si elle était intellectuelle ou abstraite – trop élitiste ! – et que cela ne les regardait pas. Au contraire, ils ont tout intérêt à choisir avec soin la beauté de tout ce qui entoure les jeunes : beauté des chants, du cadre des activités, des histoires, des mots choisis, des gestes qui reviennent. Il y a beaucoup à reconquérir dans ce domaine, alors que l’on a ces dernières décennies trop souvent négligé de faire expérimenter la beauté aux jeunes, sous prétexte qu’elle risquait de ne pas être comprise d’eux ou qu’elle n’appartiendrait pas à leur monde.

A QUI S’ADRESSE LA FORMATION ?

La formation est destinée en priorité aux éducateurs non enseignants en poste (c’est-à-dire aux surveillants, responsables de discipline, maîtres d’internat, responsables de niveau, préfets des études, responsables de vie scolaire, animateurs ou directeurs de patronage, Accompagnants d’Elèves en Situation de Handicap…) mais également aux étudiants en formation initiale et qui souhaitent exercer une de ces responsabilités éducatives.

Par ailleurs, en tant qu’auditeur libre, la formation est ouverte à toute personne désireuse d’acquérir des connaissances dans le champ éducatif.

QUEL CURSUS CHOISIR ?

Il s’agit d’une formation par alternance composée :

  • de cours (les sessions théoriques) répartis sur 6 week-ends à Paris
  • de stages dans différentes structures éducatives, alternant milieux scolaires et non scolaires. Si vous êtes en poste, nous exigeons deux stages d’une semaine minimum dont l’un peut se dérouler sur votre lieu de travail et porter soit sur l’analyse complète de votre poste soit sur l’élaboration, la mise en oeuvre et l’évaluation d’un projet. Si vous n’êtes pas en poste, nous exigeons deux stages de quinze jours minimum.

Durant cette formation, chaque étudiant est accompagné et tuteuré.

Cette formation est faite sur mesure : le parcours est modulable pour prendre en compte le parcours de chacun, son expérience et son projet professionnel. Les stages étant alors adaptés au niveau d’expérience et aux besoins spécifiques des personnes à former.

Pour obtenir le diplôme privé d’éducateur, trois conditions :

  • avoir assisté à la totalité des cours délivrés par la formation
  • avoir effectué deux stages et avoir rédigé pour chacun un rapport de 5 pages minimum hors annexes reprenant les enseignements retirés du stage (à rendre dans un délai maximum d’un mois après la fin du stage) et rédiger un bilan final de formation (incluant ces deux rapports). Ce bilan devra être soutenu oralement lors d’un jury qui se déterminera alors sur la délivrance ou non du diplôme
  • avoir validé le PSC1

Il est parfois difficile de pouvoir réunir toutes ces conditions durant l’année de formation. C’est pour quoi nous vous accordons deux ans maximum afin de les réunir en sachant que le suivi des sessions de formation théorique ne se fait que la première année. Durant ce délai, plusieurs dates de jury vous serons proposées (début juillet et en décembre). Vous ferez votre demande d’inscription à une date de jury de votre choix une fois votre bilan de formation rédigé

Le diplôme privé de cadre éducatif, d’un niveau supérieur par rapport au diplôme privé d’éducateur, est particulièrement adapté aux personnes souhaitant avoir ou ayant des responsabilités de direction dans des établissements scolaires hors contrat : adjoint au directeur, directeur, administrateur…

Il s’agit d’une formation par alternance composée :

  • de cours (les sessions théoriques) répartis sur 6 week-ends à Paris
  • de stages dans différentes structures éducatives sur des postes à responsabilités en gestion administrative et financière d’établissement, en direction et animation d’équipe, en gestion générale d’équipement… Si vous êtes en poste, nous exigeons deux stages d’une semaine minimum dont l’un peut se dérouler sur votre lieu de travail et porter soit sur l’analyse complète de votre poste soit sur l’élaboration, la mise en oeuvre et l’évaluation d’un projet. Si vous n’êtes pas en poste, nous exigeons deux stages de quinze jours minimum.
  • de 2 jours de formation de créateur d’école (cf. ci-dessous “Lieu et dates de la formation”)
  • de 2 jours de formation de directeur d’école (cf. ci-dessous “Lieu et dates de la formation”)

Durant cette formation, chaque étudiant est accompagné et tuteuré.

Cette formation est faite sur mesure : le parcours est modulable pour prendre en compte le parcours de chacun, son expérience et son projet professionnel. Les stages étant alors adaptés au niveau d’expérience et aux besoins spécifiques des personnes à former.

Pour obtenir le diplôme privé de cadre éducatif, quatre conditions :

  • avoir assisté à la totalité des cours délivrés par la formation
  • avoir assisté aux 4 journées de formation pour les directeurs et créateurs d’école
  • avoir effectué deux stages et avoir rédigé pour chacun un rapport de 5 pages minimum hors annexes reprenant les enseignements retirés du stage (à rendre dans un délai maximum d’un mois après la fin du stage) et rédiger un bilan final de formation (incluant ces deux rapports). Ce bilan devra être soutenu oralement lors d’un jury qui se déterminera alors sur la délivrance ou non du diplôme
  • avoir validé le PSC1

Il est parfois difficile de pouvoir réunir toutes ces conditions durant l’année de formation. C’est pour quoi nous vous accordons deux ans maximum afin de les réunir en sachant que le suivi des sessions de formation théorique ne se fait que la première année. Durant ce délai, plusieurs dates de jury vous serons proposées (début juillet et en décembre). Vous ferez votre demande d’inscription à une date de jury de votre choix une fois votre bilan de formation rédigé

Cette formule consiste à suivre les cours (les sessions théoriques) répartis sur plusieurs week-ends à Paris sans faire de stage. Accessible à qui le souhaite, elle donne droit à un certificat de formation et non pas au diplôme privé d’éducateur.

LES CONTENUS THÉORIQUES DE LA FORMATION

Un bon professionnel connaît le cadre institutionnel dans lequel il travaille. Le premier objectif de ce module consistera à repérer les missions et les tâches inhérentes à la fonction d’éducateur en général et aux différentes structures dans lesquelles il peut intervenir en particulier. Un éducateur enseigne par ce qu’il est, ce qu’il montre de lui. Il faut donc qu’il soit lui-même construit solidement, accompli, qu’il ait conscience de ce qui fait son unité, de ce qui fonde son existence. C’est pourquoi le second objectif de ce module sera de sensibiliser les étudiants à la nécessité de se perfectionner soi-même tout au long de sa carrière à travers la présentation de différentes techniques de développement personnel, et une réflexion sur l’unité de vie.

Contenu : Prendre en main son développement personnel, assurer l’unité de vie de l’éducateur, bien maîtriser les différentes postures éducatives, assurer la nécessaire exemplarité, identifier la juste place de l’éducateur, identifier les structures de travail et les différents métiers possibles …

Les grands éducateurs et les grandes traditions éducatives, anciennes ou modernes, françaises ou étrangères, ne manquent pas. Mais ces traditions sont souvent en partie méconnues, déformées voire sclérosées avec le temps. Il faut donc prendre le temps de retrouver leur substantifique moelle et identifier ce qu’elles ont d’actuel. Il faut que l’éducateur en ait conscience, qu’il maîtrise le panorama d’ensemble et de prendre le temps d’approfondir celles qu’il croit lui convenir le plus. L’objectif de ce module est de découvrir l’histoire du champ éducatif, des grandes figures qui l’ont marqué ainsi que les démarches pédagogiques mises en oeuvre.

Contenu : Découvrir les différentes pédagogies (l’approche salésienne de Don Bosco, celle des religieux de Saint-Vincent-de-Paul, celle de Baden Powell …) et l’éducation des enfants dits à un titre ou un autre “difficiles” (Apprentis d’Auteuil …).

Mieux connaître le fonctionnement du corps et du cerveau afin de répondre de la manière la plus efficiente possible au besoin du public est incontournable pour un éducateur. Deux objectifs caractérisent ce module. Le premier tourne autour de la connaissance indispensable à avoir du public avec lequel on travaille. Il s’agit d’identifier les caractéristiques physiques, intellectuelles, sociales et affectives des enfants et des jeunes. Le deuxième porte sur la forme qui doit être donnée à une pratique d’activités physiques, en étudiant l’originalité et les spécificités de l’hébertisme.

Contenu : Apports théoriques sur le développement de l’enfant, réflexion sur l’éducation affective et sexuelle, pratique de l’hébertisme ….

Les éducateurs pensent spontanément au jeu et au sport pour éduquer; mais ils se tiennent souvent trop éloignés de la beauté comme si elle était intellectuelle ou abstraite – trop élitiste ! – et que cela ne les regardait pas. Nous pensons au contraire qu’ils ont tout intérêt à choisir avec soin la beauté de tout ce qui entoure les jeunes. Il y a beaucoup à reconquérir dans ce domaine. L’objectif principal de ce module est de revaloriser certaines pratiques culturelles et de sensibiliser les étudiants aux sources de beauté et de culture qui nous entourent afin qu’ils apprennent à leur tour à les faire expérimenter aux enfants et aux jeunes.

Contenu : Découverte d’activités : le théâtre, le dessin, la musique, la littérature jeunesse…

Parce que la jeunesse est avide de liberté, d’autonomiet, et que notre temps est amateur de déconstruction, d’individualisme et de refus des héritages, l’éducateur devra particulièrement penser son action pour aider le jeunes à s’enraciner, préalable nécessaire pour porter du fruit. L’objectif de ce module est de permettre aux étudiants de repérer les enjeux éducatifs d’un enracinement véritable et d’appréhender des idées d’actions à mettre en oeuvre.

Contenu : L’écologie à l’école, apprendre à découvrir sa ville, visite de parcs, donner à aimer la France …

Parce qu’il a le soucis permanent de la protection des mineurs qui lui sont confiés, l’éducateur doit connaître son époque, les phénomènes de société touchant les enfants et les jeunes ainsi que le cadre législatif dans lequel il travaille. Ce module a pour objectif de sensibiliser les étudiants aux mutations sociétales actuelles ayant un impact négatif sur les jeunes et d’étudier les moyens d’y remédier. De plus, un regard sera porté sur les aspects législatifs inhérents à la protection des mienuers

Contenu : La place des écrans dans la vie de nos enfants, la protection des mineurs, la place de l’aventure dans les activités éducatives …

LES CONTENUS PRATIQUES DE LA FORMATION

Formation d’éducateur

  • Stages + retours d’expérience
  • PSC1

Formation de cadre éducatif

  • Stages + retours d’expérience
  • PSC1

C’est sur le terrain que l’on apprend la réalité du métier. Selon les possibilités de chacun, il est recommandé d’être le plus de temps possible sur le terrain pendant cette année de formation, auprès d’éducateurs chevronnés et désireux de transmettre.

Afin d’enrichir vos pratiques et expérimenter différentes pédagogies, nous vous demandons d’effectuer deux stages.

 

Les étudiants désireux de n’effectuer leurs stages que dans le milieu scolaire auront apposée sur leur diplôme la mention “aptitude à travailler dans le champ scolaire”. .

 

Les étudiants désireux de voir la mention “aptitude à travailler dans le champ scolaire et extra-scolaire” devront effectuer l’un de leur stage dans le milieu extra-scolaire.

 

La durée des stages variera de une à deux semaines en fonction de la situation de l’étudiant (en poste, en recherche d’emploi …).

 

Nous mettons à disposition une liste de lieux de stage (à Paris ou en Province, avec lesquels nous avons passé un préaccord). Merci de nous la demander expressément par courriel. C’est aux étudiants de prendre contact avec les lieux de stage et de convenir des modalités pratiques de leur intervention (missions, dates, horaires…).

 

S’il s’agit d’un lieu de stage que vous auriez trouvé par vous-même, il doit être validé par la l’ILFM.

 

Retour d’expérience : Chaque stage réalisé, quelle qu’en soit la durée, doit faire l’objet d’un rapport de stage (5 pages minimum, hors annexes). Ces rapports seront à inclure dans un bilan de formation écrit et feront l’objet d’une soutenance en fin d’année face à un jury.

L’attestation PSC1 (Prévention et Secours Civique de niveau 1) est la formation de base aux premiers secours en France.

 

Définie par arrêté interministériel des ministères de l’Intérieur et de la Santé, elle est délivrée par des associations agréées et des organismes habilités.

 

La durée de la formation est fixée à 8 heures mais peut varier en fonction des formateurs et des associations. Il n’y a pas d’examen.

 

Si vous n’êtes pas détenteur de cette attestation, nous vous demandons de l’obtenir durant les deux années qui vous sont données pour cela.

 

Par ailleurs, le PSC1 n’a pas de durée maximum de validité, mais nous estimons qu’au-delà de 3 ans, les notions apprises sont oubliées. C’est pourquoi nous vous conseillons fortement de faire une « remise à niveau ».

 

Vous êtes libre du choix de l’organisme de formation auprès duquel vous devez vous inscrire. Vous pouvez entre autre solliciter la protection civile ou la croix-rouge française.

VERS QUELS MÉTIERS

La formation des éducateurs prépare spécifiquement aux métiers suivants : surveillant, maître d’internat, responsable de niveau, préfet des études, animateur ou directeur de patronage et à plus long terme aux fonctions de directeur d’internat, d’établissement scolaire libre…

Il est clair qu’elle est également utile à toutes les personnes délivrant des enseignements scolaires ou extra-scolaires.

COMMENT S’INSCRIRE ?

Pour que votre demande d’inscription soit prise en compte, merci de joindre tous les documents cités ci-dessous

  • Le formulaire d’inscription (à télécharger ici) – à renvoyer rempli et signé avec une photo d’identité
  • Un CV avec une lettre de motivation
  • l’extrait du casier judiciaire n°3, qui s’obtient simplement et gratuitement (cliquer ici)
  • Le PSC1 (si vous possédez cette attestation)
  • Un chèque de 80 euros à l’ordre suivant : ILFM – Fondation pour l’école

A envoyer à : Fondation pour l’école – Formation des éducateurs, 25 rue Sainte-Isaure, 75018 Paris

Vous recevrez par courriel, dans la semaine suivant la réception de votre dossier d’inscription, un accusé de réception et une invitation à un entretien téléphonique où de visu. Nous nous réservons la possibilité de ne pas admettre à la formation toutes les candidatures, vu que nous souhaitons limiter le nombre d’étudiants pour pouvoir bien les suivre.

LES TARIFS

Tarif pour particulier et patronage formation « auditeur libre » : 80€ de frais de dossier + 400€ de scolarité pour l’année 2020-2021 (prévoir des frais supplémentaires pour vos repas et vos déplacements).

Tarif pour particulier et patronage formation d’éducateur : 80€ de frais de dossier + 500€ de scolarité pour l’année 2020-2021 (prévoir des frais supplémentaires pour le PSC1, vos repas et vos déplacements).

Tarif pour particulier et patronage formation de cadre éducatif : 80€ de frais de dossier + 700€ de scolarité pour l’année 2020-2021 (prévoir des frais supplémentaires pour le PSC1, vos repas et vos déplacements).

Les tarifs sont fixés volontairement bas pour rendre ces formations largement accessibles aux particuliers et aux patronages.

ATTENTION
Pour les étudiants dont le financement est pris en charge par leur établissement scolaire, le montant de la formation s’élève à 1740 euros quel que soit le cursus retenu

La formation est alors susceptible d’être prise en charge par votre OPCO[1], merci de le spécifier dans votre formulaire d’inscription (page 3) afin que nous vous indiquions les démarches à suivre.
Des tarifs réduits sont possibles dans certains cas. N’hésitez pas à nous contacter.

[1] – Les OPCO (OPérateurs de COmpétences) sont des structures assurant la gestion du financement de la formation professionnelle continue dans le secteur privé. Cette possibilité de financement concerne uniquement les personnes salariées, que ce soit dans une structure éducative ou ailleurs.

LIEU ET DATES DE LA FORMATION

Les cours sont délivrés à Paris au 2 rue des Vignes dans le 16ème arrondissement (métro la muette ligne 9 ou station RER C Boulainvilliers).

La formation s’étale sur 6 week-ends,

Les dates 2020-2021 sont les suivantes

Samedi 26 et dimanche 27 septembre 2020
Samedi 07 et dimanche 08 novembre 2020
Samedi 12 et dimanche 13 décembre 2020
Samedi 30 et dimanche 31 janvier 2021
Samedi 13 et dimanche 14 mars 2021
Samedi 08 et dimanche 09 mai 2021

Les cours du samedi se déroulent de 9h00 à 18h30
Les cours du dimanche se déroulent de 10h15 à 17h00

Pour les étudiants suivant la formation de cadre éducatif :

Les week-ends de formation pour les créateurs et les directeurs d’école ayant lieu la deuxième année de formation, les dates seront communiquées courant 2021 dés que connues.

NOUS CONTACTER

nous contacter à educateurs @ fondationpourlecole.org ou au 01 82 83 11 88

EXEMPLES DE CONFÉRENCES OUVERTES A TOUS

Dans le cadre de la formation des éducateurs, des conférences ouvertes au public sont proposées le samedi soir lors des sessions de formation. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de conférences données les années passées.

A qui revient-il d’éduquer ?
Intervenant : Yann de CACQUERAY
Samedi 12 novembre 2016

Actuellement directeur de Notre-Dame d’Orveau (49), Yann de CACQUERAY pose la question de la coéducation en précisant les responsabilités que doivent avoir les parents, l’école, l’Etat et les éducateurs en général.

L’éducation à la vérité

Intervenant : François-Xavier CLEMENT
23 janvier 2016

Que nous soyons parents, professeurs, surveillants, cadres éducatifs ou tout simplement adultes présents dans la vie d’un enfant, c’est la quête du vrai, du bon et du beau que nous devons lui offrir. Chef d’établissement, coordonnateur du Groupe scolaire catholique Saint-Jean de Passy, François-Xavier CLEMENT présente les finalités de l’éducation que doivent être les habitus de tenue, de mémoire, de langage, d’écriture, de calcul et de raisonnement, de racines historiques, de rapports à la nature et de repères géographiques.

Le rôle indispensable de l’homme dans l’éducation

Intervenant : Abbé Philippe de MAISTRE 23 janvier 2016

Fustigeant la société consumériste et hédoniste qui est la nôtre, dénonçant la perte des traditions initiatiques dans notre monde contemporain, l’abbé Philippe de MAISTRE (Aumônier général du collège Stanislas) interpelle avec virilité les hommes en général et les professeurs et éducateurs en particulier pour qu’ils assument leur mission de guides et d’éveilleurs des consciences.

Copyright @2021 ILFM - Formation | Webdesign by Aryup