logo
notfound ILFM-Florence

[Témoignage] Formez-vous à l’ILFM avant de passer le CRPE

À la clé, la possibilité d’enseigner dans toutes les écoles privées, qu’elles soient indépendantes ou sous contrat.

Entretien avec Marie L.  diplômée de l’ILFM, maîtresse en MS à l’école Sainte-Catherine dans le 5° à Paris.

Bonjour Marie, pouvez-vous nous décrire votre parcours scolaire ?

Je n’ai jamais été scolarisée en école indépendante. J’ai obtenu un Bac ES et j’ai commencé une formation d’infirmière pendant un an avant de me rendre compte que ce n’était pas le métier que je souhaitais embrasser.

J’ai pu alors faire un stage dans une petite école indépendante à Dijon au sein d’une classe multiniveaux, expérience enthousiasmante qui m’a permis de me réorienter vers le métier d’institutrice.

J’ai alors choisi une licence dans ma matière préférée, la biologie, en choisissant l’option enseignement.

Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a orienté vers l’ILFM ? 

Au cours des trois années de Licence, j’ai pu effectuer un stage d’une semaine par an (au collège, en CM1 et CM2 dans des établissements sous contrat) et j’avais deux heures de cours de didactique par semaine. Mon ambition était de rejoindre l’enseignement catholique en suivant la formation la plus adaptée.

En L3,  j’ai entendu parler de l’ILFM par une amie et une cousine qui avaient suivi cette formation et j’ai trouvé un « flyer » présentant l’Institut au sein de ma Fac.

Curieuse, je suis allée aux portes ouvertes à Paris.

J’ai été séduite par l’approche concrète du métier, par les témoignages des anciens et des professeurs.

Trois facteurs m’ont décidée à suivre la formation initiale de l’ILFM :

  • Une formation cadrée qui va droit au but avec une mise en pratique rapide et un accompagnement personnalisé
  • Une reprise des bases des fondamentaux en grammaire, mathématiques, histoire…
  • Une certification au RNCP de niveau 7 qui permet de passer le concours du CRPE et de rejoindre l’EN. Le témoignage d’anciens qui ont emprunté cette « passerelle » a été décisif pour moi.

Vous avez donc passé le concours de l’ILFM en mai 2018 et avez intégré la première année de formation en septembre. Est-ce que cette première année a répondu à vos attentes ? 

Tout à fait ! J’ai beaucoup apprécié reprendre les fondamentaux. Je suis à l’aise en mathématiques mais n’avais aucune notion de l’histoire de France.  Un soin tout particulier est accordé à l’usage de la langue française à l’ILFM ;  même si je n’aime pas la grammaire, j’ai pu progresser et m’approprier  cette matière.

Mes camarades se destinaient pour la plupart à travailler dans des écoles indépendantes. Pour ma part, j’ai beaucoup reçu des écoles sous contrat et je souhaitais y travailler. En accord avec la direction de l’ILFM, j’ai donc fait mes stages dans des établissements sous contrat ou publics :

En CE1 à Saint Jean de Passy à Paris
En Moyenne section à Saint François à Paris
En CP, à Franklin
Et dans une école publique dans le 13° à Paris.

Cette souplesse dans le choix des établissements est un vrai atout. Nous recevons tous une même base académique solide mais en fonction de nos préférences, nous allons chacun sur le terrain dans des établissements qui correspondent le plus à nos aspirations.

A quel moment vous êtes-vous préoccupée de trouver les ponts pour rejoindre le sous-contrat ? 

En fin de première année, l’ILFM nous aide à trouver un poste pour la seconde année. J’habitais Paris et Madame Barrage m’a orientée vers le service de suppléance de la direction diocésaine de l’enseignement catholique.

Les étapes à franchir ont été les suivantes :

  1. Envoyer CV et lettre de motivation au service de suppléance de la direction diocésaine de l’enseignement catholique,
  2. Entretien avec la personne chargée du service
  3. Passer le pré accord collégial devant 3 à 4 directeurs d’établissement- Il faut présenter ses motivations (bien aller voir le site du diocèse en amont)
  4. Assister à une réunion de présentation sur l’enseignement catholique
  5. Réception d’un document qui nous confirme notre statut de suppléant
  6. Emission de vœux mi-temps ou temps plein + choix du cycle + remplacement à l’année ou remplacements ponctuels

J’ai fait le choix du « remplacement à l’année » pour que le cursus à suivre à  l’ILFM soit plus facile en parallèle et le choix du mi-temps pour avoir la possibilité de me préparer au concours du CRPE.

Après avoir validé la partie académique de la formation à l’ILFM, j’ai donc fait ma rentrée en septembre 2019 à l’école sous contrat sainte Catherine dans le 5° arrondissement en binôme avec la maîtresse titulaire de la classe de CE1. Je travaillais les lundis et mardis.

Ce choix était compatible avec mes études à l’ILFM (7 sessions de formation tout au long de l’année et suivi par un tuteur).

Je me suis inscrite au concours du CRPE rapidement car les inscriptions sont closes à la mi-octobre (un master 1 est nécessaire pour s’inscrire, pour ma part, j’étais en voie d’obtenir l’équivalence d’un master 2 à l’ILFM ( RNCP niveau7)).  Il y alors beaucoup de papiers administratifs à compléter et à fournir.

J’ai commencé à me préparer au concours avant Noël sans bien connaître mes chances de réussite. Pour moi, c’était un galop d’essai. J’ai fait du fichage pendant un mois.

En mathématiques, l’ILFM nous avait donné de bonnes bases, et je me suis entraînée à l’aide d’une vingtaine d’annales (accessibles sur internet).

J’avais plus de difficulté en français mais je me suis entraînée également avec les annales, j’ai travaillé six études de documents que j’ai fait corriger par des camarades. Ce travail nécessitait de la méthodologie et du bon sens.

J’avoue que la période de confinement qui a commencé en mars 2020 m’a permis d’avoir plus de temps à consacrer à ce travail. Avec une bonne organisation, même en temps normal, c’est possible de mener les trois activités de front : la classe à mi-temps, la formation à l’ILFM et la préparation du CRPE.

Les écrits ont eu lieu en avril et j’ai obtenu 36.5/40 en mathématiques et 28/40 en français.

J’avoue que j’ai eu la « chance » de passer ce concours pendant le 1° confinement : les épreuves orales ont été annulées et j’ai obtenu le concours sans avoir l’expérience de la deuxième partie des épreuves.

Conseilleriez-vous à des étudiants en 2° année à l’ILFM qui veulent rejoindre l’éducation nationale de passer tout de suite le concours?

Oui, j’ai fait le bon choix en suivant la formation de l’ILFM et en optant pour le mi-temps en 2° année afin de préparer le concours du CRPE. Je n’étais pas sûre de le réussir mais je pense que c’est important de le tenter une première fois quoi qu’il arrive pour bien en connaître le format.

Cette année, quelle est votre situation ? 

Je suis diplômée de l’ILFM (Certification de niveau 7 au RNCP), je suis en poste en Moyenne section dans l’école sous contrat Ste Catherine dans le 5°. Je suis maître stagiaire en poste à mi-temps, payée à temps plein avec encore des jours de formation. Je suis, en revanche,  exemptée du mémoire du Master 2 MEEF que doivent rendre mes camarades, car titulaire d’une équivalence master 2.

En conclusion, quel conseil donneriez-vous à des jeunes gens qui souhaiteraient devenir professeur des écoles ? 

Formez-vous à l’ILFM, que vous souhaitiez travailler en école indépendante ou en école sous contrat, vous ne le regretterez pas !

Copyright @2021 ILFM - Formation | Webdesign by Aryup